On parle beaucoup aujourd’hui de « psychologie intégrative », de « psychothérapie intégrative », de « médecine intégrative »… alors pourquoi ne pas parler d’« orientation intégrative ® » ?

Il y a deux façons de concevoir l’orientation. La première, et c’est celle qui a cours dans l’Education Nationale ou dans beaucoup d’organisations, c’est de considérer avant tout une personne en fonction de ses résultats scolaires, de ses « compétences » acquises au cours de ses années de formation (ou d’activité professionnelle), et surtout d’un hypothétique marché de l’emploi, en se contentant de diriger chacun vers des métiers « porteurs » ou ayant des « débouchés », afin de remplir correctement les statistiques d’employabilité qui font tant plaisir à nos institutions… Immense imposture, dans la mesure où nos évolutions sociétales sont telles qu’il est difficile  aujourd’hui d’appréhender un « marché » de l’emploi à plus ou moins long terme… 

Je crois, sans trop vouloir m’avancer, que nous avons tous connu un jour ce type d’expérience dans laquelle nous ne nous sommes pas sentis entendus…

La deuxième, et c’est tout le sens de l’orientation intégrative que je pratique, c’est de considérer une personne dans sa globalité, comme un être porteur d’un potentiel à la fois intellectuel, émotionnel, mental, physique, spirituel… et lui dévoiler à quel point elle est unique, en l’amenant à trouver une activité professionnelle alignée avec ses valeurs, ses besoins, ses talents…, pour qu’elle se sente occuper une « juste » place dans le monde.

Le nuance est de taille dans la mesure où il ne s’agit pas de décider pour la personne de ce qui est « bien » pour elle ou pour la société, mais de l’amener à faire ses propres choix, en conscience, en favorisant l’émergence de ce potentiel enfoui, en l’accompagnant à reconnaître ses propres besoins et à effectuer une véritable plongée introspective au coeur de son être, pour qu’il se déploie en confiance. 

Et pour ce faire, il s’agit d’y consacrer du temps… 

Là encore, il ne s’agit pas d’un temps choisi par le praticien, mais du temps nécessaire à la personne pour avancer à son rythme, dans le respect, l’écoute empathique et la bienveillance*… Or, depuis toujours, tout notre système éducatif est construit sur l’idée que « l’autre », l’adulte, sait mieux que moi qui je suis, ce dont j’ai besoin, et ce qui peut me rendre « heureux ». Cela me conditionne, dès l’enfance, à donner le pouvoir à cet « autre » de décider pour moi, et à trouver « normal » de ne pas être écouté dans toute mes spécificités. Je grandis avec l’idée que ce que je ressens profondément n’est pas digne d’être entendu, et je me coupe peu à peu de moi-même. Devenu adulte, je continue à fonctionner sur ce mode au travail, à la maison, dans la société, jusqu’à ce qu’un jour, un événement, une maladie, un accident… vienne me prévenir qu’il est enfin temps que je prenne soin de moi… à condition que je veuille bien entendre…

Selon moi, tout l’enjeu d’un accompagnement en orientation ou reconversion professionnelle est bien, avant tout, de permettre à la personne de se « reconnecter » à elle-même… Pas simple selon son propre parcours de vie qui a pu être parsemé d’obstacles, d’embûches, de drames, de conflits… et qu’il s’agit alors d’aller revisiter afin de les transcender. 

Je voue d’ailleurs une admiration sans borne à toutes ces personnes qui ont le courage de franchir ma porte avec la volonté inébranlable d’effectuer cette plongée au coeur de leurs propres ombres, alors que je sais pertinemment ce que cela peut engendrer pour elles, émotionnellement parlant… Je suis emplie de gratitude pour la confiance qu’elles m’accordent tant dans ma capacité d’accueil inconditionnel que dans celle de transmuter les méandres de leur existence…

Quelle magnifique aventure humaine ! Je ne me lasse pas d’assister à leur transformation, au déploiement de leur propre rayonnement, et je suis emplie d’amour pour elles… 

J’ai bien conscience aujourd’hui que la démarche peut s’avérer compliquée pour beaucoup, peu habitués que nous sommes à nous mettre à l’écoute de nos émotions… Néanmoins, je fais tous les jours le constat que de plus en plus de personnes éprouvent un besoin profond d’écoute, de connexion, de sens à donner à leur parcours, et partent en quête de leur propre potentiel en ayant intégré l’idée que tout part en fait de là : 

Retrouver ce qui est profondément « vivant » en elles…

Alors j’ai juste envie aujourd’hui de faire le rêve qu’un jour, il soit offert à chaque être de grandir suffisamment dans l’amour, l’empathie et la bienveillance… pour qu’il n’y ait plus jamais besoin d’accompagnement à l’orientation afin de tenter de trouver sa « juste » place dans le monde…

*C’est pour cette raison d’ailleurs, que personnellement, je fonctionne au « forfait », en précisant bien dès le départ que le temps n’est donné qu’à titre indicatif dans la mesure où mes accompagnements se terminent lorsque la personne a élaboré son propre projet.