On a du te dire qu’il fallait réussir dans la vie. Moi, je te dis qu’il faut vivre, c’est la plus grande réussite au monde. Jean Giono

mission

J’entends souvent parler, concernant la recherche de sa voie professionnelle, de « trouver sa mission de vie », comme une injonction prétendant que si je suis sur terre c’est pour y accomplir quelque chose de précis et qu’il me suffirait de le découvrir pour me sentir à ma place ! Outre le fait que je trouve cette façon de voir extrêmement restrictive, j’ai du mal à percevoir à quel moment « trouver sa mission de vie » est devenu une quête dont tout un chacun aurait à s’occuper sous peine de ne pas connaître la complétude… 

Rien de tel pour nous culpabiliser de ne pas trouver le « graal » qui nous permettrait de sortir de nos méandres émotionnels lorsque nous traversons des crises existentielles. Et que dire du déterminisme induit par cette expression ?

Etymologiquement, le terme « mission » vient du latin « missio » qui signifie « action d’envoyer ». Ce qui laisserait à penser que j’ai été « envoyée » sur terre et que mon libre arbitre là dedans est bien peu de chose… Mieux : en ancien français, « mission » signifiait « frais, dépenses »… Je vous laisse juger de ce que cela peut induire comme sous-entendu… Enfin, au XIXème siècle, le terme « mission » prend un sens religieux et « désigne essentiellement l’envoi, par une communauté, de représentants ou de délégués, qui sont mandatés pour propager sa foi et implanter ses institutions. » C’est dire… 

En fait, ce qui me dérange vraiment à travers ce questionnement c’est l’idée induite qu’il me faudrait partir en quête de « la » voie professionnelle qu’il me faut emprunter pour m’accomplir. Comme pour réaliser ce pourquoi j’ai été envoyée sur cette terre. Fichtre ! A part m’obliger à me mettre une pression de dingue, j’ai du mal à percevoir la teneur d’un tel message… Sans compter qu’à tout instant, je cours le risque de sombrer dans la prise de pouvoir, en voulant suivre absolument ce que je crois être ma destinée…

reliance

J’aurais personnellement plutôt tendance à concevoir la vie sur terre comme une magnifique pièce de théâtre, ou même un conte, où chacun joue un rôle et déroule le fil de l’histoire au fur et à mesure de ses expériences, ses rencontres et ce qu’il a à traverser. C’est en ce sens que nous sommes tous reliés et que nous participons, chacun à notre niveau, à la grande aventure de la vie !

Et si je me mets à croire que j’ai « une » mission bien précise à accomplir sur cette terre, alors je me ferme à tout le potentiel qui sommeille en moi et ne demande qu’à émerger…

Je préfère de loin me laisser surprendre par la vie et cheminer avec la conscience que quoiqu’il m’arrive, tout est parfait… même dans les épreuves les plus terribles, je peux trouver la source d’un élargissement de conscience susceptible de m’ouvrir à des espaces inexplorés en moi. Et les actes que je décide de poser alors dans le monde, peuvent être complètement à l’opposé de ce que j’entreprenais jusqu’alors…

Quand j’ai démarré mon activité professionnelle, j’étais convaincue que l’enseignement auprès des enfants était ma « mission », que je l’exercerai toute ma vie, même si je savais au fond de moi que mon potentiel était immense… J’avais passé mon enfance et mon adolescence à étouffer en moi tout ce qui me paraissait être « différent » des autres, et plutôt que de paraître « folle ». Je préférais nourrir mon besoin de reconnaissance en faisant « comme si »… Quelque part, cela me rassurait aussi de visualiser mon parcours en mode linéaire, éduqués que nous sommes à grandir avec la peur du lendemain… J’avais juste omis de penser qu’un jour ou l’autre cette imposture me rattraperait…

La vie est taquine ! Et j’ai accepté de l’entendre en laissant émerger peu à peu tout ce potentiel dont je sentais qu’il hurlait de se déployer… 

A l’heure qu’il est, si je sais une chose, c’est que non, je n’ai pas une « mission » de vie. J’ai des talents à explorer et à mettre avant tout au service de mon être et de ma joie ! Aujourd’hui, j’ai quitté l’enseignement, je suis en profession libérale et j’accompagne avec bonheur des êtres désireux d’explorer à leur tour…  Et en même temps je développe d’autres espaces en moi que je sens impatients d’émerger…  Demain, je poserai certainement d’autres actions dans le monde, au fur et à mesure de mon évolution, du développement de mes talents et de ce que mon propre rayonnement m’invitera à accueillir.

conte

Là est toute la magie de la vie : offrir à chacun d’ouvrir son coeur à l’infini des possibles !